Annonce des résultats de l'exercice 2010

Publié le par DLRP Times

OFRTP-FRANCE-ECONOMIE-INSEE-20091217

EURO DISNEY S.C.A.

Annonce ses résultats de l'exercice 2010

• Chiffre d'affaires des activités touristiques stable à 1,2 milliard d'euros, reflétant une hausse de la dépense dans les parcs et les hôtels, compensée par une baisse de la fréquentation et du taux d'occupation des hôtels

• Chiffre d'affaires des activités de développement immobilier de 60 millions d'euros, en hausse de 42 millions d'euros, grâce à la vente significative d'un actif immobilier

• Perte nette de 45 millions d'euros, en amélioration de 18 millions d'euros

• Trésorerie de 400 millions d'euros, en hausse de 60 millions d'euros après remboursement de 90 millions d'euros de dette au cours de l'Exercice


 

Concernant les résultats, Philippe Gas, Président d'Euro Disney S.A.S, a déclaré :


"Dans un contexte économique difficile et malgré des perturbations dans le domaine des transports et du voyage, la fréquentation de nos parcs a atteint cette année 15 millions de visites et le taux d'occupation de nos hôtels 85 %.


Disneyland Paris reste la première destination touristique en Europe. Le chiffre d'affaires de nos activités touristiques reste stable par rapport à l'exercice précédent grâce à une augmentation de la dépense par visiteur qui compense la baisse de la fréquentation de nos parcs et du taux d'occupation de nos hôtels. A la fin de l'exercice, le chiffre d'affaires du groupe est en hausse de 4%, reflétant la vente d'un actif immobilier à Val d'Europe.


Au cours du second semestre, après le lancement de l'année de la Nouvelle Génération Disney, nous avons observé une nette amélioration de la fréquentation de nos parcs et de l'occupation de nos hôtels, ainsi qu'une progression de la dépense par visiteur. En août, nous avons ouvert Toy Story Playland dans le Parc Walt Disney Studios, avec trois nouvelles attractions inspirées par les films à grand succès Toy Story. Les attractions et les spectacles Disney, ainsi que la qualité de service offerte par nos Cast Members, continuent à créer des moments magiques pour nos visiteurs.


Le 14 septembre, nous avons signé un important avenant à notre convention avec les pouvoirs publics français. Ce partenariat prévoit le développement de Disneyland Paris et de la ville de Val d’Europe. Cet avenant marque une étape importante dans l’histoire de notre société et renforce notre capacité à poursuivre le développement du site et de ses environs au cours des vingt prochaines années."

 

 

Le chiffre d'affaires généré par les activités touristiques est en légère augmentation à 1 216,1 millions d'euros.


Le chiffre d'affaires des parcs à thèmes diminue de 2,9 millions d'euros pour s'établir à 685,3 millions d'euros contre 688,2 millions d'euros au titre de l'exercice précédent, reflétant une baisse de la fréquentation des parcs de 3 %. Cette baisse s'explique principalement par une diminution du nombre de visiteurs britanniques, belges et néerlandais, partiellement compensée par une hausse du nombre de visiteurs français. Elle est partiellement neutralisée par une augmentation de 2 % de la dépense moyenne par visiteur, reflétant une augmentation des dépenses liées aux entrées et à la restauration.

 

Le chiffre d'affaires des hôtels et du Disney® Village est en augmentation de 5,5 millions d'euros pour s'établir à

480,2 millions d'euros contre 474,7 millions d'euros au titre de l'exercice précédent, reflétant une hausse de 4 % de la dépense moyenne par chambre due à une hausse du prix des chambres et des dépenses liées à la restauration. Cette hausse est partiellement compensée par une diminution de 1,9 point de pourcentage du taux d'occupation des hôtels qui s'est traduite par 40 000 nuitées de moins que sur l'exercice précédent. Cette diminution s'explique principalement par une baisse du nombre de visiteurs britanniques et des activités de tourisme de groupe, partiellement compensée par une hausse du nombre de visiteurs français et espagnols.


Les autres revenus, qui incluent les redevances de participants, les services de transport et de voyages proposés aux visiteurs, sont en légère augmentation à 50,6 millions d'euros. Le chiffre d'affaires généré par les activités de développement immobilier est en hausse de 41,9 millions d'euros par rapport à l'exercice précédent, le Groupe ayant enregistré un produit de 47 millions d'euros suite à la vente d’un actif immobilier sur lequel est situé le centre commercial Val d'Europe. Cet actif faisait auparavant l'objet d'un bail à construction. L’effet favorable de cette transaction est partiellement compensé par une baisse du chiffre d'affaires généré par les autres transactions immobilières de l'exercice, qui ont été moins importantes que celles de l'exercice précédent.

 

 

Charges d'exploitation

 

Les charges d'exploitation directes de l'Exercice sont en hausse de 32,8 millions d'euros par rapport à l'exercice précédent. Cela traduit principalement une hausse des coûts des ventes, notamment liée à la vente de l'actif immobilier à Val d'Europe, ainsi que la hausse des salaires. Cette hausse est partiellement compensée par une baisse des taxes locales et des frais variables liés aux volumes. De plus, au cours des exercices 2010 et 2009, les charges d'exploitation directes ont été minorées par le remboursement de certaines charges fiscales encourues au cours des années précédentes pour respectivement 6,2 millions d'euros et 6,6 millions d'euros, nets des honoraires de conseils.

Les dépenses de marketing et ventes augmentent de 1,7 million d'euros, traduisant principalement les dépenses opérationnelles de nouveaux développements informatiques.

Les frais généraux et administratifs sont en hausse

 

 

 

Charges financières nettes

 

 

Les produits financiers diminuent de 6,5 millions d'euros par rapport à l'exercice précédent, reflétant une baisse des taux d'intérêt à court terme.

Les charges financières diminuent de 16,6 millions d'euros par rapport à l'exercice précédent, suite essentiellement à la baisse des taux d'intérêt et de la dette moyenne.

 

 

Résultat net

Au titre de l'Exercice, la perte nette de l'ensemble consolidé s'établit à 45,2 millions d'euros contre une perte nette de 63,0 millions d'euros au titre de l'exercice précédent. La perte nette part du Groupe s'élève à 39,9 millions d'euros et la perte nette part des minoritaires s'établit à 5,3 millions d'euros. Cette diminution de la perte nette s'explique par la ventede l'actif immobilier, alors que la hausse des salaires est compensée par une baisse des charges financières nettes et des taxes locales.

 

 

Flux de trésorerie

Au 30 septembre 2010, la trésorerie et les équivalents de trésorerie s'élèvent à 400,3 millions d'euros, en hausse de 60,0 millions d'euros par rapport au 30 septembre 2009.

 

Le Free cash flow généré au cours de l'Exercice s'établit à 149,9 millions d'euros contre 52,0 millions d'euros au cours de l'exercice précédent. Les flux de trésorerie générés par l'exploitation s'élèvent à 236,7 millions d'euros au cours de l'Exercice contre 124,1 millions d'euros générés au cours de l'exercice précédent. Cette amélioration reflète un moindre besoin en fonds de roulement et l'encaissement relatif à la vente de l'actif immobilier. L'amélioration du besoin en fonds de roulement s'explique notamment par le report de paiement de 70,2 millions d'euros de redevances de licence, de rémunération du gérant, et d'intérêts au titre de l'exercice 2009, alors que seuls 25 millions d’euros de redevance de licence et de rémunération du gérant ont été reportés au titre de l’exercice 2008.

Les flux de trésorerie utilisés pour les opérations d'investissement s'élèvent à 86,8 millions d'euros au cours de l'Exercice contre 72,1 millions d'euros utilisés au cours de l'exercice précédent, traduisant les investissements liés à Toy Story Playland, qui a ouvert en août 2010.

Les flux de trésorerie utilisés par les opérations de financement s'élèvent à 89,9 millions d'euros au cours de l'Exercice contre 86,0 millions d'euros utilisés au cours de l'exercice précédent, correspondant au remboursement d'emprunts bancaires par le Groupe aux échéances prévues.

Conformément à ses accords de financement, le Groupe doit respecter certains engagements financiers1 et estime les avoir respectés au titre de l'Exercice.

 

Le Groupe a aussi des objectifs annuels de performance prédéterminés. Au titre de l’Exercice, le Groupe n'a pas atteint ces objectifs de performance et est donc tenu de reporter les montants encourus ci-dessous au cours de l’Exercice en dette subordonnée à long terme :

- 25,0 millions d'euros de redevances de licence et de rémunération du gérant dues à The Walt Disney Company

("TWDC") au titre de l'Exercice, et

- 15,1 millions d'euros d'intérêts dus à la Caisse des dépôts et consignations ("CDC").

Le Groupe sera aussi tenu de reporter un montant supplémentaire de 5,1 millions d'euros d'intérêts qui sera encouru au cours du premier trimestre de l'exercice 2011 et qui aurait dû être versé à la CDC.

Du fait de l’utilisation de l’intégralité des reports de paiement disponibles au titre de l’Exercice, soit 45,2 millions d’euros, le Groupe devra définir, en accord avec les agents de ses prêteurs, une méthode de calcul pour déterminer le budget d'investissements récurrents annuels pour les exercices 2011 et suivants. Si cet accord n'était pas obtenu, le budget d'investissements récurrents de chaque exercice serait en substance réduit de 5% à 3 % du chiffre d'affaires consolidé ajusté réalisé au titre de l’exercice précédent. Pour l’exercice 2011, l’impact de l’application de cette dernière méthode serait une réduction du budget d’investissements récurrents annuels du Groupe d’environ 25 millions d’euros.

 

EVENEMENTS RECENTS ET A VENIR


Avenant à la Convention

Le 14 septembre 2010, le Groupe a signé un avenant à la convention signée le 24 mars 1987 avec TWDC, l’Etat et certaines autorités françaises, pour la création et l’exploitation de Disneyland® Paris (la "Convention"). Cet avenant étend la durée de la Convention de 2017 à 2030 et renforce la solide et croissante contribution du Groupe à la région Ile-de-France et à l'économie du tourisme français. Au-delà du développement de la destination touristique, l'avenant modifie l'affectation des droits fonciers par rapport à ce qui était initialement prévu par la Convention et permettra un développement plus équilibré du centre urbain de Val d'Europe.

L'avenant à la Convention permet également au Groupe de développer, en partenariat avec le Groupe Pierre & Vacances Center Parcs, un projet d'éco-tourisme innovant : Les Villages Nature de Val d'Europe. Ce projet constituera, en termes de design et de mode de fonctionnement, un modèle unique de développement durable. Il est prévu que son développement soit effectué par phases sur la durée de la Convention.

Pour plus d'informations sur cet avenant, voir le communiqué de presse du 14 septembre 2010 disponible sur le site internet de la Société.

 

Echéances de remboursement des emprunts

Le Groupe prévoit de rembourser 123,4 millions d'euros d'emprunts au cours de l'exercice 2011, conformément aux échéances prévues.

 

 

Communiqué Disney


Commenter cet article